Sélectionner une page

5 conseils pour rouler en scooter l’hiver

Troopy vous aide à affronter le bitume parisien dès lors que le thermomètre se met en berne. L’hiver reste la période la plus difficile pour les conducteurs de scooter mais plusieurs astuces existent pour rouler en toute sécurité et au chaud !

 

#1 Attention à la visibilité réduite !

Dans la pénombre de l’automne et de l’hiver, les conditions de visibilité sur la route changent radicalement et il est essentiel de redoubler de prudence. Pluie, neige, verglas, brouillard sont autant de facteurs qui réduisent la visibilité et augmentent les risques de chaque déplacement. Être vu est un point indispensable pour assurer sa sécurité. Le port d’un gilet jaune ainsi que le fait de rouler les feux allumés pourront assurer la sécurité des conducteurs de deux et trois roues. Il faut bien entendu veiller également à rouler moins vite et éviter les inter files à cause de la visibilité réduite dans les rétroviseurs des automobilistes.

 

#2 Anticiper le danger et le freinage

De manière générale, sous la pluie ou la neige les bandes blanches, passages piétons, plaques d’égouts, pavés, etc. représentent un risque de glissade. Il est important de les appréhender avec beaucoup de prudence. Le freinage est l’un des aspects les plus délicats de la conduite d’un scooter, d’autant plus en hiver. Il s’agit de donner à la fois assez de puissance sur les freins pour s’arrêter à temps, mais pas trop, pour éviter le blocage ou le dérapage de la roue freinée (surtout l’avant), en l’absence bien sûr d’un dispositif d’antiblocage ABS. Il est important de garder à l’esprit que même si le frein le plus efficace est le frein avant, par mauvais temps il est préférable de privilégier le frein arrière pour éviter le blocage de la roue avant entraînant (presque) systématiquement une perte d’adhérence, donc une chute.

 

#3 Augmenter les distances de sécurité

L’hiver, l’adhérence des pneumatiques à la route diminue considérablement à cause des mauvaises conditions météorologiques. Ceci entraîne une diminution de l’adhérence qui doit absolument être compensée par une augmentation de la distance de sécurité si l’on veut éviter les accidents. Un sol dont l’adhérence est diminuée augmente non seulement les distances de freinage mais il rend également très dangereux les freinages d’urgence qui entraîne quasi systématiquement le blocage de la roue avant. Il est donc vital de respecter les distances de sécurité.

 

#4 Un équipement adapté pour se protéger du froid

Les équipements pour motard ne sont pas de simples accessoires de mode, ils sont indispensables pour toutes les personnes adeptes de la conduite à scooter. Le corps étant entièrement exposé aux éventuels dangers sur la route, il convient de se protéger au maximum.
Mais, la saison hivernale oblige aussi chaque conducteur à se protéger également des attaques du froid. Pour le contrer, il est recommandé de revêtir une veste étanche et chaude ainsi que des gants d’hiver, un cache-cou et un tablier pour se tenir chaud pendant la conduite. Une veste trois-quarts ou longue est également recommandée pour empêcher l’air froid de s’infiltrer.

 

#5 Circuler à une vitesse adaptée

En hiver, maîtriser sa vitesse est très important ! Un scooter accélère vite et mieux que les automobiles au démarrage. Les vitesse limites en ville sont donc rapidement atteintes et il faut veiller à ne pas dépasser les 50 km/h et même de réduire sa vitesse de 10 km/h surtout dans de mauvaises conditions météorologiques. Attention, il est également indispensable de freiner ou ralentir à l’entrée des virages, surtout lorsque la visibilité est restreinte. A noter qu’en cas de vents forts les 125 cm³ plus robustes seront avantagés face aux 50 cm³. Il est conseillé également d’éviter les remontées de files par mauvais temps car il sera très difficile de réagir à un changement de file inopiné d’une voiture.

x
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies. J'accepte